Temple de Louxor

Construit sur des centaines d’années par Amenhotep III, Ramsès II, Toutankhamon et d’autres pharaons, le temple de Louxor était le centre religieux le plus grand et le plus important de l’Égypte ancienne. Dans ce qui était alors Thèbes, le temple de Louxor était « le lieu de la Première Occasion », où le dieu Amon a connu une renaissance lors de la cérémonie annuelle de couronnement reconstituée par le pharaon. Aujourd’hui, les vestiges de ce vaste complexe comprennent la colossale Grande Salle de Colonnade, longue de près de 61 mètres, avec 28 colonnes de vingt et un pieds de haut, dont la décoration a été en grande partie entreprise par Toutânkhamon vers 1330 avant JC. De nombreuses parois latérales du temple ont été démolies après l’époque des pharaons et recyclées pour en faire des matériaux de construction.

Statue grandeur nature de la reine Néfertari récupérée

Avant les fouilles dans les années 1960, les fragments de grès du temple étaient en contact direct avec les eaux souterraines chargées de sel qui se lixiviaient dans la pierre. Après l’excavation, l’exposition aux changements d’humidité a mobilisé ces sels et accéléré la détérioration. Entre 2001 et 2007, le Fonds Mondial pour les Monuments a accordé une subvention du Robert W. Wilson Challenge pour Conserver Notre Patrimoine à la conservation du Temple de Louxor. Plus de 1 000 blocs détériorés et fragments de murs inscrits ont subi une consolidation et un traitement, ce qui a arrêté leur décomposition et permis les premières étapes de la reconstruction. Une partie extérieure du mur oriental de la Salle des colonnades a été stabilisée avec un contrefort en brique dissimulé par des dalles de grès afin de se fondre dans la pierre d’origine du temple. Un autre groupe important de 48 fragments, qui complète la représentation de la barge divine et des remorqueurs du dieu-lune à tête de faucon Khonsu, a été inséré dans la base de ce contrefort où il rejoint le mur. Une statue grandeur nature de la reine Néfertari, épouse en chef de Ramsès II, intacte jusqu’aux genoux, a été récupérée, nettoyée et protégée. Les parties manquantes de ses jambes ont été localisées, soigneusement retournées à la statue et également protégées.

Les milliers de fragments de grès récupérés dans les environs du temple de Louxor contiennent des détails sculptés et peints de textes hiéroglyphiques et de scènes rituelles du temple; une fois identifiés, documentés et consolidés, beaucoup ont été réunis et réassemblés en scènes murales entières, dans le cadre de l’initiative Wilson Challenge Ancient Thebes. Le portique ajouté au temple de Karnak par Thoutmosis III en 1400 av.J.-C. et le Temple mortuaire d’Amenhotep III dans la Nécropole Thébaine ont également été financés par cette initiative.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.