Pourquoi le nord et le sud ne se rencontrent pas

Pourquoi le nord et le sud ne se rencontrent pas

Par T J S George / Publié le: 12 juillet 2020 04:00

Image à des fins de représentation uniquement.

Pardonnez mon paroissialisme (ou est-ce du réalisme?) mais je pense que le nord et le sud sont différents et que jamais les deux ne se rencontreront. Ce sont les concepts aryens qui compliquent les choses. Voir ce que Manusmriti (2ème siècle avant notre ère?) dit: « De la mer orientale à la mer occidentale, la zone entre les deux montagnes est ce que les sages appellent le pays des Aryas… Au-delà, c’est le pays des barbares. »

L’opinion selon laquelle ceux qui ne sont pas Aryens sont des barbares, est barbare. C’est ce point de vue qui soutient l’idée de supériorité du Nord. En effet, sur le plan culturel et intellectuel, les Dravidiens ont une maturité qui leur permet d’en bénéficier, sans en faire étalage pour revendiquer la supériorité sur les autres. Oui, le nord est le nord et le sud est le sud.

Un nouvel éclairage est apporté sur ce vieux sujet par les premiers Indiens. L’auteur Tony Joseph utilise de nouvelles données rendues disponibles par les progrès de la technologie d’analyse de l’ADN. La « nouvelle hypothèse » valide l’ancienne hypothèse mais d’une manière différente. Selon les nouvelles données, il n’y a pas eu de migration à grande échelle vers l’Inde au cours des 40 000 dernières années environ. Au contraire « il y avait deux populations très anciennes, l’une située dans le nord de l’Inde et l’autre dans le sud de l’Inde. Toutes les populations d’aujourd’hui sont issues du mélange de ces deux groupes, techniquement compte tenu des étiquettes Ancestrales de l’Inde du Nord et Ancestrale de l’Inde du Sud. »ANI a des racines caucasiennes alors qu’ASI, selon toute vraisemblance, a migré d’Afrique par la route du sud il y a 50 000 ans.

L’histoire soutient la fracture nord-sud. La civilisation de la vallée de l’Indus / Harappan était dravidienne et elle s’est déplacée vers le sud après l’invasion aryenne. L’expression « invasion aryenne » est un anathème pour les politiciens du nord. Ils veulent que nous croyions que les Aryens venaient de Thoothukudi et de là-bas. À quoi sert l’histoire si elle ne sert pas les politiciens?

Les Védas sont projetés comme les fondements de la civilisation indienne. Tout ce qui indique la possibilité d’une civilisation avant les Védas serait donc un coup dur pour les théories Hindutva de l’Inde. Ironiquement, Rigveda lui-même décrit comment les Aryens se sont affrontés avec les Dasyus pour obtenir le contrôle de la terre. Qui étaient les Dasyus qui contrôlaient le pays avant l’arrivée des Aryens ? Le chapitre de Tony Joseph « Les Premiers Indiens » commence par l’explication: « Comment un groupe de migrants de l’Afrique a trouvé le chemin de l’Inde, a traité de leurs cousins évolutionnaires… a fait de cette terre leur propriété et est devenue la plus grande population humaine sur terre. »Il a une Annexe qui explique comment la migration des Steppes eurasiennes a changé la démographie dans une région s’étendant de l’Europe à l’Asie du Sud. Et pourtant, « certains insistent sur le fait que l’histoire de l’invasion aryenne est une vaste conspiration. »

En fait, tout cela est lié et soutenu par la dichotomie nord-sud qui régit la vie en Inde. Le BJP est perçu comme un parti du nord de l’Inde. (Son implantation dans le Karnataka est considérée comme une aberration.) Son essence culturelle est l’Hindi. Dans cette mesure, son attrait pour le sud dravidien, non hindi, restera limité.

Comment l’aliénation peut-elle disparaître quand même nos épopées apparaissent dans des variations qui correspondent aux différences linguistiques ? Les Ramacharitmanas de Tulsidas, le Ramayana préféré du nord, ne se portent bien nulle part dans le sud. Il s’agit du Kamba Ramayanam au Tamil Nadu, du Dwipad Ramayanam au desam Telugu, du Torava Ramayana au Desa Kannada et de l’Adhyatma Ramayanam au Malayala bhasha. Le pauvre Valmiki est noyé dans ses variations.

Comment réagissons-nous à une phrase comme: « La race aryenne a prospéré en Inde en tant qu’agriculteurs et en tant que conquérants des races aborigènes. »Ou », la race civilisée a conquis tout le pays des barbares. »Ou, même l’affirmation selon laquelle les conquérants aryens sont allés à l’ouest, se sont installés en Iran et ont composé le Zend Avesta. Ce sont des théories avancées même par des érudits renommés comme Romesh Dutt. Mais ils n’ont aucun sens lorsqu’ils ignorent les idées préconçues inhérentes en termes de barbares.

E V Ramasamy a développé toute une philosophie sur le Ramayana en tant que véhicule de la domination culturelle du Nord. Il est peu probable que cette notion change tant qu’Ayodhya est au cœur de l’histoire de Rama. Et, n’oubliez pas, Ravana est considéré comme un sudiste et comme un héros. Cela pourrait être un jeu que personne ne gagne à la fin. En fait, cela peut être un jeu dans lequel il n’y a que des perdants. Raison suffisante pour accorder une attention particulière à l’exhortation de Tony Joseph: « Nous sommes tous des Indiens. Et nous sommes tous des migrants. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.