Pertes et dommages dans le Cinquième Rapport d’évaluation du GIEC (Groupe de travail II): une analyse textuelle

RÉSUMÉ

Les « pertes et dommages » désignent les impacts du changement climatique qui n’ont pas été ou ne peuvent pas être évités grâce à des efforts d’atténuation et d’adaptation. Après la création du Mécanisme International de Varsovie pour les Pertes et dommages (WIM), les Pertes et dommages sont désormais considérés comme le troisième pilier – outre l’atténuation et l’adaptation – de l’action climatique dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Ce document étudie ce que la contribution du Groupe de travail II au Cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC WGII RE5) a à dire sur ce sujet émergent. Nous utilisons un logiciel d’analyse de données qualitatives (text mining) pour évaluer les facteurs de stress climatiques, les secteurs d’impact et les régions que le rapport associe principalement aux pertes et dommages, et comparer cela avec les domaines d’intérêt du WIM. L’étude révèle que le GIEC WGII RE5 associe principalement les pertes et les dommages aux événements météorologiques extrêmes et aux impacts économiques, et les traite principalement comme un risque futur. Les pertes et dommages actuels causés par des processus lents et des pertes non économiques reçoivent beaucoup moins d’attention. De plus, étonnamment, le RE5 a plus à dire sur les pertes et les dommages dans les régions à revenu élevé que dans les régions les plus à risque, telles que les petits États insulaires et les pays les moins avancés. Le document se termine par des recommandations au GIEC pour son 6e rapport d’évaluation (RE6) afin d’inclure davantage de preuves sur les pertes et les dommages causés par des processus lents, les pertes et dommages non économiques et les pertes et dommages dans les pays vulnérables.

Aperçu des politiques clés

  • Le GTII RE5 du GIEC examine les données probantes sur les pertes et les dommages principalement liés aux catastrophes soudaines et aux coûts économiques.

  • Davantage de recherches sont nécessaires sur les pertes et les dommages causés par des processus lents et des pertes et dommages non économiques, en particulier dans les pays vulnérables des pays du Sud.

  • Les organismes de financement devraient soutenir la recherche dans ces domaines et le GTII RE6 du GIEC devrait accorder plus d’attention à ces sujets.

  • Les pertes et dommages ne sont pas seulement un risque futur, mais déjà une réalité actuelle pour les personnes vulnérables dans les points chauds du climat. La recherche axée sur les personnes par des spécialistes des sciences sociales est cruciale pour mieux comprendre ce que signifient les pertes et les dommages dans le monde réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.