Est-ce vraiment le dernier lieu de repos de Jésus, Marie-Madeleine – et de leur fils?

S’il s’agissait vraiment de la découverte archéologique la plus importante de l’histoire, le point de vérité est venu avec très peu de chants ou de danses. Il n’y avait pas de roulement de tambour ou de fanfare, juste le balayage de rideaux de feutre noir pour révéler une paire de simples boîtes de pierre assises côte à côte.

Mais pour le panel de cinéastes, de théologiens et de statisticiens de la bibliothèque publique de New York hier, c’était vraiment le moment. Comme l’a dit James Cameron, le réalisateur du film Titanic qui a prêté son nom au projet: « Ça ne devient pas plus grand que ça ».

L’affirmation qui était présentée aux médias du monde entier et qui sera diffusée dimanche sur Discovery Channel était que les deux boîtes contenaient autrefois les os de Jésus de Nazareth et de son épouse Marie-Madeleine. Une autre boîte, non présente à l’événement d’hier mais exposée par coïncidence à Fort Lauderdale, en Floride, contenait, selon la théorie, les os de leur fils, Juda.

Les boîtes, qui abritaient des ossements humains et sont appelées ossuaires, sont faites de calcaire de Jérusalem avec sa couleur distinctive de crème coagulée. Le plus petit des deux porte l’inscription Jésus, fils de Joseph, tandis que le plus grand et le plus richement décoré est marqué au nom de Mariamene e Mara. Selon le documentariste canadien Simcha Jacobovici, l’inscription se traduit par Marie-Madeleine le Maître. Il prétend que lui et son équipe de conseillers ont trouvé de manière concluante le tombeau de Jésus et de sa famille.

« C’est quelque peu surréaliste », a déclaré M. Jacobovici alors que les rideaux étaient retirés. « Penser que peut-être sous ce ressenti se trouvent les ossuaires de Jésus de Nazareth et de Marie-Madeleine qui reposent côte à côte pendant 2000 ans. »

L’affirmation selon laquelle Jésus aurait été marié à sa disciple Marie-Madeleine, qu’ils auraient eu un enfant ensemble dans le style du Da Vinci code, et qu’après sa mort, il aurait laissé derrière lui ses os plutôt que d’être ressuscité dans la chair a suscité un tollé aussi instantané que prévisible. La Ligue catholique basée aux États-Unis a qualifié la théorie de « fraude titanesque », affirmant qu’il ne se passe pas une saison de Carême sans qu’un auteur ou un programme télévisé ne cherche à mettre en doute la divinité.

Amos Kloner, un archéologue israélien de haut niveau qui a été l’un des premiers à examiner les ossuaires lors de leur découverte, a déclaré: « Nous n’avons aucune preuve scientifique qu’il s’agit bien du tombeau de Jésus et des membres de sa famille ».

Au centre de la controverse se trouve un fait incontestable : 10 ossuaires datant du ier siècle ont été retrouvés dans la banlieue de Talpiot à Jérusalem en 1980 par des ouvriers du bâtiment. Une pratique funéraire courante à cette époque consistait à laisser les corps des défunts pourrir pendant un an jusqu’à ce qu’il ne reste plus que leurs os, puis à les emballer dans les boîtes de pierre et à les enterrer.

Sur les 10 ossuaires trouvés, six portaient des inscriptions portant les noms de Jésus, Marie-Madeleine, une autre Marie que les cinéastes considèrent comme la mère de Jésus, Matthieu et Yose qu’ils disent être deux de ses quatre frères, et son fils Juda. L’existence des boîtes et les inscriptions précises qu’elles portaient sont des questions de consensus, bien que la façon de les interpréter ne l’est certainement pas.

M. Jacobovici, avec le soutien de M. Cameron, oscarisé en tant que producteur exécutif, affirme que la découverte initiale des ossuaires n’a pas suscité beaucoup d’intérêt en 1980 car les archéologues n’étaient pas armés à cette époque des connaissances et des outils scientifiques qui existent maintenant. Sa théorie s’appuie sur la récente retraduction par des experts du Mariamène comme Marie-Madeleine.

L’équipe a effectué un échantillonnage d’ADN sur la matière restant dans les deux boîtes et affirme qu’elle soutient l’affirmation selon laquelle Jésus et Marie-Madeleine étaient un homme et une femme. Et ils se sont tournés vers les conseils statistiques d’un professeur de Toronto qui a conclu, sur la base des six noms gravés dans les ossuaires, que la possibilité qu’il s’agisse de la tombe de la famille Jésus devait être « prise très au sérieux », plaçant la probabilité que la tombe abrite une famille entièrement différente à 600-1.

Mais même si le feutre était retiré hier, les trous dans la théorie devenaient flagrants. L’ADN disponible pour les enquêteurs est très limité car les os eux-mêmes ont depuis longtemps été réinhumés. Le test effectué par les cinéastes était mitochondrial – c’est-à-dire qu’il ne contenait que des informations sur l’héritage maternel, permettant ainsi la possibilité que Jésus et Mariamene soient frère et sœur par la lignée paternelle.

Les archéologues israéliens se sont également empressés de souligner que malgré les travaux statistiques commandés par M. Jacobovici, les noms griffonnés dans les cases étaient tous très populaires et courants au premier siècle.

« Nous savons que Joseph, Jésus et Mariamène étaient tous parmi les noms les plus courants de l’époque. Commencer avec tous ces noms réunis dans une seule tombe et sauter de là pour dire que c’est la tombe de Jésus est un peu tiré par les cheveux, pour le dire poliment « , a déclaré David Mevorah, conservateur du musée d’Israël à Jérusalem.

Le professeur Kloner a déclaré au journal Yedioth Ahronoth que le nom de Jésus avait été trouvé 71 fois dans des grottes funéraires à cette époque.

{{#ticker}}

{{topLeft}}

{{bottomLeft}}

{{topRight}}

{{bottomRight}}

{{#goalExceededMarkerPercentage}}

{{/goalExceededMarkerPercentage}}

{{/ticker}}

{{heading}}

{{#paragraphs}}

{{.}}

{{/paragraphs}}{{highlightedText}}

{{#cta}}{{text}}{{/cta}}
Remind me in May

Accepted payment methods: Visa, Mastercard, American Express et PayPal

Nous vous contacterons pour vous rappeler de contribuer. Recherchez un message dans votre boîte de réception en mai 2021. Si vous avez des questions sur la contribution, veuillez nous contacter.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager par e-mail
  • Partager sur LinkedIn
  • Partager sur Pinterest
  • Partager sur WhatsApp
  • Partager sur Messenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.