A systematic review of infectious disease Presenteism: prevalence, reasons and risk factors

Résultats de la recherche

La recherche a donné un total de 7079 articles, avec deux autres articles identifiés grâce à des recherches sur la liste de référence. Après avoir supprimé les doublons, il restait 3580 papiers. La sélection des titres et des résumés a permis de transférer 207 articles à l’examen du texte intégral. Parmi ceux-ci, 163 articles ont été exclus pour ne pas avoir clairement indiqué s’ils mesuraient le présentéisme en ce qui concerne les maladies infectieuses ou non, 15 articles ont été exclus pour ne pas avoir mesuré le présentéisme à la suite d’une maladie infectieuse, 4 ont été exclus pour mesurer le présentéisme en tant que changements dans la productivité / performance du travail uniquement, et 2 ont été exclus pour ne pas avoir inclus un résultat de la prévalence du présentéisme ou des raisons ou des associations avec le présentéisme. En conséquence, 23 articles ont été inclus dans la revue systématique, dont l’un faisait état de deux études et est appelé étude 1 ou 2 si nécessaire. Voir Fig. 1 pour un organigramme du processus de sélection et les raisons de l’exclusion.

Fig. 1
 figure1

Organigramme du processus de sélection et motifs de l’exclusion

Caractéristiques de l’étude

Sur les 24 études, 23 étaient transversales, dont 20 étaient basées sur une enquête, deux étaient des examens de dossiers médicaux sur une certaine période et une était qualitative impliquant des entretiens individuels. L’étude restante était prospective impliquant des enquêtes mensuelles complétées par les participants. Alors que la plupart des études ont été menées en Amérique (n = 11), sept l’ont été en Europe (Royaume-Uni, Norvège, Portugal, Pologne) et trois au Canada et en Nouvelle-Zélande. La taille de l’échantillon des études incluses variait de 31 à 550 360. Les âges des participants allant de 18 à 97 ans, et le pourcentage de participants masculins allant de 0 à 64,4%. Alors que 16 études portaient sur des employés du secteur des soins de santé, cinq portaient sur des employés de différentes organisations, une uniquement sur des étudiants en médecine, une sur des participants provenant de la population générale des États-Unis et une sur des parents d’enfants d’âge préscolaire. Dix études ont mesuré le présentéisme en ce qui concerne les maladies pseudo-grippales, sept pour les infections des voies respiratoires, cinq pour les maladies infectieuses en général et deux pour les symptômes de maladies infectieuses. Toutes les études, à l’exception d’une, comprenaient un résultat de la prévalence du présentéisme pour maladies infectieuses, 12 évaluaient les associations entre les variables de base et le présentéisme pour maladies infectieuses, et 10 évaluaient les raisons du présentéisme pour maladies infectieuses chez les participants. Voir le tableau 1 pour les caractéristiques complètes de l’étude.

Tableau 1 Résumé des caractéristiques de l’étude

Évaluation de la qualité

La qualité globale des 22 études quantitatives transversales était médiocre (voir Fig. 2). La majorité des études ont fourni des objectifs clairs pour lesquels les données recueillies étaient appropriées pour atteindre ces objectifs. Cependant, les méthodes d’échantillonnage étaient médiocres et sujettes à des biais de sélection, car les participants étaient souvent choisis dans des segments particuliers de la population ciblée, ou les auteurs ne justifiaient pas les critères utilisés pour la sélection. Une grande partie des études n’étaient pas représentatives en raison de mauvaises stratégies d’échantillonnage et/ou de la petite taille de l’échantillon. Seules certaines études ont utilisé des mesures standardisées, les autres n’ont pas détaillé les éléments de mesure, ce qui rend difficile leur pertinence. La majorité des études présentaient un taux de réponse faible (inférieur à 60%) et présentaient donc un risque accru de biais de non-réponse. Deux études étaient des examens des dossiers médicaux, donc le taux de réponse n’était pas applicable.

Fig. 2
 figure2

Qualité des études quantitatives transversales. * MMAT = Outil d’évaluation des méthodes mixtes

La qualité a été mitigée pour les deux études restantes qui étaient de conception prospective ou qualitative. Carroll, Rooshenas avait des objectifs clairs et une méthodologie et une conception appropriées, mais il y avait un risque élevé de biais pour le recrutement car l’échantillon était un groupe restreint de parents et non représentatif de la population cible. En outre, il fallait plus de détails sur l’analyse des données. De même, Rousculp, Johnston présentait un risque élevé de biais pour le recrutement, car l’échantillon n’a pas été sélectionné pour être représentatif de la population cible et il n’y avait pas de description des mesures utilisées et des abandons.

Prévalence du présentéisme

Vingt-trois études ont rapporté la prévalence du présentéisme chez les personnes atteintes de maladies infectieuses, toutes mesurant le présentéisme au travail, à l’exception d’une étude qui incluait le présentéisme au travail et à l’école dans le score de prévalence, et une autre qui mesurait le présentéisme au placement chez les étudiants en médecine. Bien que toutes les mesures sur le présentéisme aient été conceptualisées comme allant au travail ou à l’école pendant qu’il était malade, il y avait quelques divergences entre les mesures. Par exemple, alors que sept des études ont utilisé les 12 derniers mois comme point limite dans la question de l’enquête, d’autres études ont utilisé des délais différents variant de 2 à 6 mois, des années, la durée d’une saison grippale ou sans aucun point limite. La prévalence globale du présentéisme variait de 35 à 97%, et pour les études des participants qui travaillaient dans le secteur de la santé, elle était de 37 à 97%. Les études portant sur d’autres milieux professionnels ont rapporté de 35 à 88.Le présentéisme de 6%, et l’enquête représentative auprès d’adultes américains qui ont signalé à la fois le présentéisme au travail et à l’école, a rapporté une prévalence de 82,7% au cours des cinq derniers mois. Carroll, Rooshenas n’a pas fourni de résultat sur la prévalence du présentéisme chez les enfants d’âge préscolaire. Voir le tableau 2 pour les résultats des études individuelles.

Tableau 2 Prévalence, raisons et associations du présentéisme lié aux maladies infectieuses

Raisons rapportées du présentéisme

Dix études ont rapporté les raisons données par les participants pour le présentéisme lié aux maladies infectieuses. Les raisons signalées étaient de nature similaire et pouvaient être regroupées en différents thèmes généraux, à savoir les facteurs organisationnels, les caractéristiques de l’emploi et les raisons personnelles (tableau 2 pour les résultats individuels).

Facteurs organisationnels

Politique organisationnelle

Cinq études ont rapporté des facteurs liés à la politique organisationnelle comme raisons du présentéisme. Trois études ont indiqué que le fait de travailler pendant la maladie était dû au fait que les participants n’avaient pas de congé de maladie payé ou qu’ils n’avaient plus de congé de maladie disponible. Veale, Vayalumkal a signalé que les participants n’avaient pas de directives claires de leur organisation et n’étaient donc pas sûrs de la bonne chose à faire concernant le fait de rester à la maison ou d’aller au travail. Dans l’étude finale, les parents ont indiqué que leurs crèches n’avaient aucune orientation quant à savoir si les enfants peuvent ou ne peuvent pas fréquenter la crèche avec une ITR.

Culture du présentéisme

Cinq études mettent en lumière le fait que le présentéisme dans les organisations peut être une norme sociale, ancrée dans la culture organisationnelle. Par exemple, Perkin, Higton, Bracewell, Campbell, Rebmann, Turner, Veale, Vayalumkal ont déclaré que les participants ressentaient de la pression de la part de collègues pour se présenter au travail lorsqu’ils étaient malades, en particulier lorsqu’ils observaient d’autres collègues le faire. Certains participants ont explicitement déclaré que leur employeur s’attendait à ce qu’ils travaillent lorsqu’ils sont malades, et qu’aucun de leurs collègues n’a suggéré qu’ils rentrent chez eux lorsqu’ils se présentent au travail.

Mesures disciplinaires

Les répondants de cinq études craignaient que le fait de prendre un congé de maladie n’entraîne des mesures disciplinaires. La crainte de perdre leur emploi était la principale préoccupation, tandis que la peur d’avoir des ennuis, de recevoir une mauvaise évaluation ou d’être pénalisé, et d’être anxieux au sujet de la sécurité de l’emploi ont également été signalés.

Caractéristiques de l’emploi

Manque de couverture

Les répondants de six études ont déclaré avoir assisté au travail pendant qu’ils étaient malades en raison du manque de couverture disponible, car les travailleurs temporaires étaient généralement indisponibles ou difficiles à trouver. De même, pour les parents décidant d’emmener leur enfant à la crèche lorsqu’il est malade, les raisons souvent rapportées comprenaient le fait de ne pas pouvoir trouver d’autres options de protection pour s’occuper de leur enfant.

Professionnalisme

Cinq études ont rapporté qu’une éthique de travail solide était cruciale pour les professions participantes, car elles avaient un devoir envers leurs patients et leurs collègues et prendre un congé de maladie pourrait compromettre leur réputation. Par exemple, Chiu, Black, de Perio, Wiegand, Gudgeon, Wells et Jena, Meltzer ont tous déclaré que les participants estimaient avoir une obligation professionnelle envers leurs collègues, leurs patients et leurs étudiants de se présenter au travail. Ainsi, les répondants qui travaillaient dans l’industrie des soins de santé craignaient souvent que les substituts ne soient pas qualifiés pour effectuer certaines tâches et, par conséquent, hésitaient à laisser d’autres s’occuper de leurs clients et estimaient qu’ils ne pouvaient pas annuler leurs cliniques en raison de l’impact potentiel des substituts ou du report sur les soins et le bien-être des patients.

Demande d’emploi

Trois études ont indiqué que la demande liée à l’emploi était une cause de présentéisme. Les employés étaient préoccupés par la charge de travail supplémentaire qu’ils pourraient avoir lors du retour au travail parce que les tâches seraient laissées en suspens pendant leur absence, de sorte qu’ils craignaient de prendre du retard dans leur travail et de devoir rattraper le temps qu’ils avaient au retour au travail.

Raisons personnelles

Fardeau pour les collègues

Les participants à trois études ont révélé qu’ils ne voulaient pas alourdir la charge de travail supplémentaire résultant de leur absence et se sentaient souvent coupables de demander à leurs collègues de couvrir leurs tâches. En outre, une étude a noté que les participants estimaient qu’ils devraient alors rembourser leurs collègues pour les couvrir.

Perceptions des collègues

Les participants à trois études ont signalé des préoccupations quant à la façon dont les collègues pourraient les percevoir en cas d’absence pour maladie. Ils avaient peur d’être considérés comme faibles et se souciaient des opinions et des impressions de leurs collègues s’ils s’absentaient du travail.

Seuil de congé de maladie

Un thème courant dans les raisons invoquées pour justifier le présentéisme était que les participants pensaient souvent ne pas atteindre le seuil pour lequel ils devraient prendre un congé de maladie. Les répondants de quatre études ont estimé que leurs maladies n’étaient pas graves et qu’elles étaient assez bien pour travailler. Des raisons similaires comprenaient que leur maladie n’avait pas d’influence sur leur capacité à s’acquitter de leurs tâches professionnelles. De nombreux répondants croyaient également que leurs maladies n’étaient pas infectieuses et qu’elles ne représentaient donc pas un risque pour leurs collègues, leurs patients ou leurs étudiants, et ont donc choisi d’aller au travail.

Préoccupations financières

Le dernier thème qui relevait des raisons personnelles du présentéisme des maladies infectieuses concernait les soucis financiers. Trois études ont montré que le stress financier était une cause de présentéisme. Les participants ont déclaré qu’ils n’avaient pas les moyens de payer la perte de salaire due à un congé de maladie, car ils avaient besoin de subvenir aux besoins de la famille. De même, les raisons pour lesquelles les parents emmènent leur enfant à la crèche lorsqu’il est malade incluent le fait que les frais de garderie ont été payés à l’avance, que ces frais dépendaient du revenu de leur travail et que la recherche de services de garde alternatifs entraîne un coût supplémentaire.

Autres raisons

Certains motifs de présentéisme ne correspondaient pas confortablement aux thèmes ci-dessus. Parmi ceux-ci, les étudiants en médecine ont eu du mal ou trop d’efforts pour obtenir une note du médecin afin d’être autorisés à prendre un congé de maladie, ou ont eu le sentiment qu’ils manqueraient une expérience vitale s’ils prenaient un congé de maladie. Une autre raison invoquée par les professionnels de la santé concernait le fait qu’ils avaient déjà manqué trop de travail au cours de l’année.

Facteurs de risque statistiques du présentéisme

Douze études ont testé l’association entre différentes variables et le présentéisme pour maladies infectieuses. Ceux-ci ont été regroupés en quatre grandes catégories : facteurs sociodémographiques, santé, comportement lié à la grippe et caractéristiques de l’emploi.

Facteurs sociodémographiques

Sexe

Six études ont évalué l’association entre le genre et le présentéisme, avec des résultats incohérents. Trois études n’ont trouvé aucune association significative. Deux études ont révélé que les femmes rapportaient beaucoup plus de présentéisme, et une étude a montré une association significative entre le fait d’être un homme et le présentéisme. Compte tenu de la qualité variable de ces études et des résultats incohérents, nous avons considéré que les preuves de l’association entre le sexe et le présentéisme des maladies infectieuses n’étaient pas concluantes.

Âge

Six études ont étudié la relation entre l’âge et le présentéisme, dont trois des études de qualité supérieure n’ont trouvé aucune association significative. Les trois autres ont tous constaté qu’être plus jeune était associé à des niveaux plus élevés de présentéisme. Les tranches d’âge de l’échantillon étaient légèrement plus petites dans les études qui n’ont trouvé aucun effet significatif, de sorte que cela aurait pu contribuer à ces résultats. Cependant, compte tenu des résultats contrastés à ce stade, les preuves de l’association entre l’âge et le présentéisme pour maladies infectieuses ne sont pas concluantes.

Personnes à charge

Deux études de meilleure qualité n’ont trouvé aucune association entre le fait que les participants avaient des personnes à charge ou un ménage avec des enfants atteints de présentéisme pour maladie infectieuse.

Santé

Trois études ont examiné si l’état de santé du participant était associé au présentéisme des maladies infectieuses, montrant des effets incohérents. Bracewell, Campbell a constaté que la santé autodéclarée n’était pas significativement associée au présentéisme. De même, dans une étude de meilleure qualité de Perio, Wiegand a constaté qu’une maladie chronique telle que l’asthme ou le diabète n’était pas liée au présentéisme. Cependant, les participants dont le système immunitaire n’était pas affaibli par des maladies telles que le cancer ou les médicaments immunosuppresseurs étaient plus susceptibles de déclarer un présentéisme.

Comportement lié à la grippe

Le comportement lié à la grippe était un autre facteur qui a été inclus dans les études. Ablah, Konda a constaté que l’intention d’aller travailler avec un SG était associée à un présentéisme réel. De même, Chambers, Frampton, a constaté que ceux qui avaient plus de jours de présentéisme dans le passé, avaient des niveaux plus élevés de présentéisme actuel. Chiu, Black a constaté que ceux qui avaient reçu leur vaccin antigrippal pour cette saison avaient des niveaux plus élevés de présentéisme. Cependant, une étude de moindre qualité n’a révélé aucune association significative entre diverses variables de comportement liées à la grippe et le présentéisme, comme la réception du vaccin cette saison-là, la fréquence à laquelle ils reçoivent le vaccin antigrippal, s’ils le recommandent aux patients et s’ils ont pris des médicaments antiviraux. Par conséquent, il y a une certaine indication du rôle que le comportement passé lié à la grippe et les intentions futures sont associés au présentéisme actuel, mais des recherches plus solides sont nécessaires.

Caractéristiques de l’emploi

Profession

Six études ont mesuré l’association entre la profession et le présentéisme pour maladies infectieuses. Ablah, Konda a constaté que ceux qui travaillaient dans le secteur des soins de santé par opposition aux professions non liées à la santé étaient beaucoup plus susceptibles de faire du présentéisme. Dans les milieux non sanitaires, de Perio, Wiegand n’a constaté aucun effet du type de profession dans un milieu scolaire, ni du fait que leur travail ait eu lieu au sein de l’école ou non. Les quatre autres études portant sur le type de profession dans le secteur des soins de santé, Bhadelia, Sonti n’a trouvé aucun effet du type de profession. Cependant, Bracewell, Campbell, Chiu, Black et Gudgeon, Wells ont tous constaté que les médecins avaient des associations plus élevées avec le présentéisme que les autres travailleurs de la santé tels que les infirmières, les assistants et les étudiants. Cependant, il ne semblait pas important que les participants aient un statut professionnel ou clinique. De plus, ceux qui travaillaient en milieu hospitalier par opposition aux établissements de soins de longue durée présentaient également des niveaux plus élevés de présentéisme.

Expérience

Quatre études de qualité mixte ont examiné le niveau d’expérience des participants sur le présentéisme. Aucune association significative n’a été trouvée entre la durée de l’emploi ou de la profession ou l’année de formation des étudiants en médecine présentant un présentéisme.

Heures de travail

Deux études ont porté sur le nombre d’heures travaillées par semaine (p. ex. à temps plein ou à temps partiel) et n’ont trouvé aucune association significative avec le présentéisme.

Type de patient

Deux études de qualité mixte ont examiné si le type de patient pris en charge par les travailleurs de la santé était un facteur associé au présentéisme et n’ont trouvé aucune association.

Autres

D’autres facteurs liés à l’emploi comprenaient la satisfaction au travail et la quantité de travail laissée en suspens en cas d’absence, dont aucun n’a montré d’association significative avec le présentéisme. Les perceptions des participants à l’égard des mesures de contrôle des infections dans leur établissement étaient associées au présentéisme, ceux qui pensaient qu’il y avait un contrôle plus faible montrant des niveaux plus élevés de présentéisme. Rousculp, Johnston a également identifié que ceux qui ne pouvaient pas travailler à domicile lorsqu’ils étaient malades avaient des niveaux plus élevés de présentéisme. Cependant, tous ces facteurs n’ont été étudiés qu’une seule fois, donc notre capacité à en tirer des conclusions est limitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.